samedi 8 janvier 2011

"Le choc générationnel" : Bravo !


Bravo pour votre livre sur le choc générationnel,

Enfin un ouvrage terrain qui part de l’expérience et pas de concepts ou d’études universitairesJ’ai apprécié tout le livre, alors je vais faire mon français moyen et souligner les points que je ne partage pas :

« l’adulte refuse d’être infantilisé » :

J’anime de nombreuses formations de formateurs et j’ai remarqué que les formateurs français confondent les jeux de rôles psychologiques avec les jeux de rôles de simulation. Les premiers ont une visée thérapeutique, les seconds une visée pédagogique. Placer un participant dans une situation où sa compétence à manager va être évaluée devant le groupe est une con… erreur grave, ce n’est pas la réalité, cela ne le sera jamais.

Par contre si on propose une situation un peu décalée, cela permet de travailler sur le « quels sont les points qui sont apparus dans le jeu (les atouts, les pièges possibles) », « en avez-vous rencontrez d’autres dans votre activité », « quoi faire si on les rencontre …. »

Partir d’un élément vécu par le groupe grâce à une activité plutôt qu’un cas vécu par d’autres est alors beaucoup plus formateur.

Les adultes veulent passer un bon moment utile qui leur servent (pour en savoir plus je vous conseille notre site)

« Former les Y grâce aux jeux vidéo ou aux serious games »

Spécialiste de la formation participative, active et ludique depuis 20 ans, j’ai vu passer un grand nombre de modes (l’outdoor, le e-learning, le clown, le trivial ….), la dernière en date est le serious game. Chaque mode a apportée sa pierre à l’édifice à condition de l’utiliser dans un ensemble cohérent.

Les Y sont bombardés (grâce à leurs smartphones, leurs pc, leurs consoles …) d’applications fun, ludiques, qui font le buzz et qui ont une espérance de vie en jours ou en semaines. Les entreprises ne pourront pas suivre et donc (à part l’Oréal qui fait sa com ou les grands réseaux de banques qui ont 3000 vendeurs formatés pareils) je crois que les Y ne vont pas vraiment accrocher aux trucs cheap des entreprises.

Mais je crois que l’erreur est plus fondamentale, les Y qui ont été écoutés, choyés, coachés par leurs parents, orthophonistes, psys … ne veulent pas de relation avec un écran, ils veulent de vrais managers et des formations présentielles utiles, utilisables et qui seront utilisées.

Qu’en pensez-vous ?

Sinon à part, c’est 2 points (d’ailleurs je pense que nous partageons plus de proximité que de divergence), j’ai beaucoup apprécié votre livre.

Bravo encore,

Cordialement

Jérôme Bocquet

Directeur général

EIKOS CONCEPTS

1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer