vendredi 16 décembre 2011

CV des candidats seniors : les 5 erreurs classiques

Pas facile avec une expérience professionnelle de 25, 30 ou 45 ans et un parcours pas forcément linéaire de composer avec les normes du CV. C’est pourtant un des éléments clés de la recherche d’emploi, nous avons donc interrogé des spécialistes sur les erreurs classiques des candidats seniors.

1. Un CV à rallonge
2. Des expériences mal hiérarchisées
3. Des intitulés désuets
4. Une mise en page vieillotte
5. Dissimuler son âge ou pas

Pour plus d'infos cliquez:




1. Un CV à rallonge

Vous le savez : un recruteur ne passe qu’une poignée de secondes à lire un CV pour un premier tri. Un document long de 5 pages risquerait de le décourager d’emblée. « Il n’est pas évident de résumer 30 ans de carrière sur un CV, accorde François Humbert, directeur du cabinet Cadres Seniors Consulting. Toutefois, il faut essayer de synthétiser au maximum ses expériences pour que celui-ci n’excède pas deux pages. »

L’astuce pour y arriver ? « Être succinct sur les expériences de début de carrière, souvent moins intéressantes au vue du poste convoité et plus détaillé sur celles de ces dix dernières années », confie Valérie Masclef, responsable des ressources humaines au sein de la SSII Hardis.
Si votre parcours professionnel est haché ou que vous avez entamé, il y a plusieurs années, une reconversion professionnelle, ne vous sentez pas obligé d’être exhaustif et de mentionner la totalité de vos expériences. « Mettez plutôt en exergue celles qui sont en lien avec le poste que vous briguez », conseille Valérie Mesclef.

2. Des expériences mal hiérarchisées

« Le CV chronologique, qui consiste à présenter ses expériences de la plus récente à la plus ancienne, n’est pas adapté aux seniors devant retracer une carrière de 20 ou 30 ans », estime François Humbert. Mieux vaut privilégier le CV par compétences où les expériences ne sont pas hiérarchisées en fonction des dates mais en fonction des aptitudes du candidat dans plusieurs domaines : management, commercial, technique…
Mais attention, ce type de CV est plus difficile à manier, il faut éviter, par exemple, de tomber dans l’énumération. Afin de donner corps à vos savoir-faire, illustrez chaque compétence par un élément concret : un chiffre d’affaires atteint, une mission menée, une technologie informatique développée… « Un candidat senior qui brigue un poste de directeur des ressources humaines peut évoquer sa participation à l’élaboration de la mission handicap de son entreprise ou la mise en place d’un code d’éthique », illustre Jean-Louis Sabin, master franchisé d’ActionCoach.
Toutefois, si vous faites partie des professionnels qui ont réalisé la majeure partie de leur carrière dans une même entreprise, le CV chronologique peut garder toute sa logique.

3. Des intitulés désuets

À l’époque où vous avez intégré le marché du travail, la personne chargée d’améliorer les systèmes et les applications informatiques d’une entreprise s’appelait un analyste programmeur. Est-ce encore le cas maintenant ? « Un analyste programmeur s’appelle maintenant un ingénieur développement ou un développeur. Les intitulés de fonctions changent avec les phénomènes de mode », précise Valérie Masclef.
Avant d’envoyer votre CV aux recruteurs, assurez-vous que vos intitulés de poste ont été remis au goût du jour. Au risque de ne pas vous faire repérer par les logiciels de tri qui sélectionnent les candidatures sur mots-clés. Pour optimiser le référencement de votre CV, soyez le plus précis possible. Remplacez le générique « directeur commercial », plébiscité il y a quelques années par « directeur du business development » ou « sales director ». Il en va de même pour les intitulés de diplômes : si vous avez obtenu un DESS en droit social, mentionnez, entre parenthèses, l’équivalent du diplôme actuel : le Master.

4. Une mise en page vieillotte

Avis aux plus conservateurs : « on ne présente plus un CV comme on le faisait il y a 30 ans », insiste Valérie Masclef. Les polices de caractère Centaur, Garamond et Papyrus, qui faisaient fureur il y a quelques années, sont aujourd’hui totalement ringardes. Désormais mieux vaut préférer la sobriété d’un Arial, Verdana ou Times New Roman.
Pour gagner à la fois en clarté et en modernité, remplacez les blocs de texte indigestes par des puces. Enfin, si vous souhaitez donner un coup de jeune à votre CV, utilisez une ou deux couleurs maximum. Notamment pour souligner une information importante ou l’intitulé de vos rubriques.

5. Dissimuler son âge ou pas

Enfin, une question revient souvent chez les chercheurs d’emploi seniors : « faut-il indiquer son âge sur son CV ou pas ? » Sur ce point, les avis divergent. Pour Jean-Louis Sabin, ne pas le préciser est une erreur tactique : « Lorsqu’un candidat senior précise cette information, j’en conclus qu’il assume son âge et qu’il ne le voit pas comme un handicap mais plutôt comme un gage d’expérience ». Un point de vue qui se justifie surtout quand l’entreprise que vous démarchez affiche une politique volontariste en faveur de l’emploi des seniors.
En revanche, pour François Humbert : « les CV anonymes génèrent de la frustration chez les recruteurs mais peuvent en effet permettre aux seniors ne pas être victimes de discrimination. »
Aurélie Tachot © Keljob – Décembre 2011
François HUMBERT : "Le retour des quinquas" Maxima

1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer